Aller au contenu
Home » Comment faire un mala tibétain ?

Comment faire un mala tibétain ?

fabrication de collier mala

Véritable talisman issu des religions hindouistes et bouddhistes, les colliers mala ont le vent en poupe ces dernières années. En effet, les occidentaux les ont eux-aussi adoptés, bien que la plupart d’entre eux ne soient aucunement concernés par son côté religieux.

En fait, c’est bien plus pour leur esthétique élégante et décontractée, que les colliers mala ont un tel succès de nos jours.

Et même si on en trouve aujourd’hui dans quantité de boutiques tendances, certain(e)s souhaitent pouvoir se confectionner eux-mêmes leur propre mala tibétain. Par chance, il semble que cela ne soit pas si sorcier…

Un collier des plus sacrés

Le collier mala, aussi appelé collier bouddhiste ou tibétain, est pourtant encore de nos jours un genre de chapelet en religion et philosophie de vie bouddhiste. C’est un collier qui sert donc durant les prières, où les moines méditent en récitant des mantras durant de longues heures.

Le collier mala, qui veut dire « guirlande de perles » en vieux langage sanskrit, est toujours constitué de 108 perles. 108 perles de bois, de graines de rudraksha, ou de pierres semi-précieuses.

Et vu que tout mantra se doit d’être récité 108 fois pour qu’une prière atteigne son but, les moines se servent donc du mala pour les aider à décompter les mantras, afin de se concentrer davantage sur leur profonde méditation.

Et ce, le plus simplement du monde, en glissant une à une, le temps d’une récitation, les 108 perles que contient le collier, entre le pouce et l’index de leur main gauche. Ce collier est donc aussi spirituel qu’utile, mais pourquoi ce nombre 108 a-t-il une telle importance au sein du bouddhisme ?

Parce qu’il est directement lié à des événements de la vie de Bouddha et aux textes sacrés des religions bouddhiste et hindouiste. Ainsi pour donner un exemple parmi tant d’autres, il y a 108 façons différentes de nommer Bouddha l’Illuminé.

Un collier singulier par son esthétique

Il est vrai que les colliers mala sont des bijoux quelque peu à part, pour la spiritualité qu’ils évoquent, mais aussi parce qu’ils conviennent à tous genres de public. Ainsi, tout le monde peut porter un collier mala sans tomber dans le ridicule, ce qui n’est pas le cas de tous les bijoux !

Des femmes certes, mais aussi des hommes, et peu importe leur âge et leur style vestimentaire. Mais aussi des adolescents, qui trouvent en ce collier un bijou adapté à leur porte-monnaie, vu son tarif peu excessif à l’achat.

Au passage, vous en avez de supers modèles sur Dailylama, une boutique qui propose des colliers mala faits main !

Si le mala plaît tant, c’est parce qu’il apporte à son possesseur un air tout aussi « cool » que stylé. Il peut donc être porté en toutes occasions, au travail ou lors d’une sortie quelle qu’elle soit. En outre, il faut savoir que le collier mala ne se porte pas systématiquement pendu autour du cou.

Ainsi, de nombreux hommes et ados le portent à leur poignet, en l’enroulant de plusieurs tours autour de ce dernier.

Enfin, pour celles et ceux pour qui le collier fait de 108 perles est trop voyant ou pesant, il existe de nos jours énormément de bracelets mala, conçus uniquement de 19 ou 21 pierres naturelles de soins, réputées pour leurs vertus bienfaitrices à notre encontre.

Quel matériel pour fabriquer son propre mala ?

Même si on en trouve facilement dans le commerce, en boutiques et sur des sites internet dédiés, on peut tout à fait se fabriquer soi-même son propre collier mala.

Pour cela, il faudra d’abord faire un choix entre des perles de bois de santal, des graines de rudraksha, ou des pierres semi-précieuses.

Il est important de savoir que ces dernières contiennent de nombreux fluides vibratoires qui peuvent être bénéfiques à notre bien-être mental, spirituel et émotionnel.

C’est du reste la raison pour laquelle ces minéraux sont utilisés en lithothérapie, le soin thérapeutique alternatif par les pierres. Une fois avoir choisi la composition de son futur mala, il nous faut trouver une perle tout aussi sphérique mais de plus gros format que les 108 autres, qui sont de 6mm de diamètre.

Cette perle nommée Guru est bien pratique durant les méditations, puisqu’elle signale la fin des 108 perles ou pierres.

Cette dernière peut être suivie d’un pompon, qui évoque la connexion spirituelle avec le monde, mais c’est selon notre inspiration, puisque ce dernier n’a pas véritablement d’utilité. Enfin, pour commencer la conception de notre collier, c’est de fil de lin câblé et glacé et de coloris noir dont nous aurons bien évidemment besoin.

Comment fabriquer son propre mala ?

La fabrication en elle-même d’un collier mala peut se comparer à une pensée méditative, tellement elle demande une extrême concentration et une infaillible patience. Une fois que l’on connaît ce point important, autant prendre ses dispositions pour être le plus à l’aise et tranquille possible durant cette opération.

Tout d’abord, il faut couper un fil d’une longueur de 1 m 80, puis couler un double nœud à 10 cm d’une de ses extrémités.

Alors, nous pouvons commencer à enfiler les perles ou pierres en prenant soin de réaliser un nœud simple entre chacune d’elle, mais aussi après la 108ème.

A ce stade, nous ferons rejoindre les 2 extrémités du fil et les lieront ensemble grâce à un nouveau double nœud.

Vient alors le moment d’enfiler notre perle Guru, suivie d’un nœud simple, et notre pompon si nous avons choisi cette option. Enfin, pompon ou pas, il nous faut fermer le collier avec de nombreux autres nœuds, afin de sécuriser au mieux sa fermeture.

Puis, couper le bout de fil qui dépasse à l’extrémité du collier. Voilà notre mala prêt à être porté, et à nous suivre le long de notre destinée, puisque c’est un porte-bonheur spirituel.

Du reste, s’il nous arrivait un jour de croiser un moine bouddhiste, il ne faudrait pas hésiter à lui demander gentiment de bien vouloir bénir notre mala. Il n’en sera alors que plus sacré !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.